May 17, 2022

TOP AFRICA NEWS

We Digest News to tell the Truth

Personne n’a le droit de nier ou de minimiser le génocide contre les Tutsis, quel que soit QUI il / elle est

Ce n’est pas le moment de nier ou de minimiser le génocide contre les Tutsi. Vingt-sept ans plus tard, Nous connaissons plus de faits qui ont été révélés par les auteurs du génocide eux-mêmes et ils sont archivés.

Les faits sur le génocide contre les Tutsi montrent comment il a été planifié et comment il a été exécuté.

Notre solide leadership a construit une unité de peuple basée sur l’identité rwandaise qui est le catalyseur du développement et de la lutte pour l’autosuffisance.

Il serait malheureux après 27 ans que certaines personnes ne comprennent pas la douleur et l’impact du génocide sur le peuple rwandais.

La nation entière a presque hérité de traumatismes et d’autres types de troubles, mais nos médecins tout en offrant le traitement n’ont pas exclu que celui-ci mérite un traitement et celui-ci ne l’est pas.

Il est très triste que le génocide ait été commis et il a laissé des larmes parmi de nombreuses personnes qui ont perdu leurs proches.

Heureusement, les familles qui ont survécu ont gardé l’espoir d’un avenir meilleur.

Le fait que le pays ait pris les devants pour trouver une solution durable à l’histoire tragique de notre pays mérite d’être loué.

Et si le FPR a pris le pouvoir et dire: Faisons la vengeance?! Le Rwanda aurait disparu. Pour mieux comprendre cette confirmation, je me pose ces questions:

Les enfants actuels vont-ils demander des informations sur le génocide, tout comme moi qui avais déjà 1 ou 15 ans Pendant le génocide? Et puis, lorsqu’un adulte ne peut pas bien expliquer à un enfant ce qui s’est passé, a-t-il ou elle a appris quelque chose de notre passé tragique?

Je n’ai pas l’intention de blesser qui que ce soit, mais chaque fois que je vois un problème qui veut aggraver les malentendus ou perturber le voyage que nous avons choisi, je prends un stylo et j’écris le peu que je sais mais utile à nous tous qui travaillons toujours pour soutenir de toutes les initiatives en place pour le bien de la nation.

Oui, je sais bien que chacun de nous a subi des conséquences d’une manière ou d’une autre.

Cependant, de mon côté, je me suis rendu compte que l’idéologie du génocide ou la dégradation du génocide sous sa forme, ceux qui ont de telles idéologies ont quelque chose en commun:

  1. Il y a ceux qui vivent avec des blessures internes et qui n’ont personne à qui parler de leur chagrin pour au moins se sentir soulagés.
  2. Il y a aussi ceux qui ont pu parler de leur chagrin aux personnes qu’ils jugent dignes de le dire et au lieu de les réconforter, ils encouragent la colère contre l’autre de l’autre côté et cela les a mis constamment dans la douleur plutôt que dans le soulagement.

Nous pourrions nous demander pourquoi notre gouvernement a choisi le pardon politique plutôt que la vengeance politique. C’est parce que l’ancien gouvernement ethnocentrique a été le seul à blâmer pour tout le sort alors qu’un citoyen était considéré comme une victime de la mauvaise gouvernance.

  1. Il y a aussi ceux qui se sentent bien placés pour expliquer le genocide parmi eux se trouvent des négationnistes du genocide.

Il ne se soucient pas de leur rôle dans la construction et la promotion de l’unité de la nation. ce qu’ils veulent, c’est causer des malentendus pour que le peuple rwandais perd le contrôle.

 Dans cette catégorie, il y a un sentiment de connaissance supérieure purement négationniste, il y a un désir de manipuler les faits avérés qui conduisent au désir de faire taire quiconque pensait être sous leur hégémonie.

Dans cette section, vous trouverez également ceux qui veulent brûler le pays de l’étranger parce qu’ils ne se soucient pas de nous, du peuple et de la nation en tant que pays.

Donc, de telles situations et bien d’autres encore sont quelques-uns des obstacles qui prennent une personne en otage du passé qui ne peut pas non plus la laisser aller au-delà du niveau actuel pour l’amener à un autre niveau.

À partir de là, vous commencerez à voir ceux qui parlent de double genocide, les hypocrites qui commencent à utiliser le génocide en essayant de minimiser les faits ou de rejeter le blâme sur les autres.

Dans le cas de notre pays, le Rwanda, aujourd’hui la plupart des hypocrites que nous avons sont les jeunes.

Donc, si nous ne pouvons pas avoir une compréhension commune de l’histoire de notre pays et accepter que le génocide contre les Tutsi ait eu lieu au Rwanda il y a 27 ans, que nous reste-t-il d’autre? La réponse est que nous voulons vivre la vie sans direction et pourtant nous devons vivre en tant que peuple précieux et prospère avec leur pays entre leurs mains.

Examinons-nous et voyons ce qu’il nous reste 27 ans et rappelons-nous 27 ans avant ce que nous avons obtenu et décidons dans quelle direction nous allons.

Vingt-sept ans après le génocide contre les Tutsi, je vois qu’un vrai Rwandais n’a pas besoin d’alerter la communauté internationale pour vivre comme il / elle le veut, mais ce que nous, Rwandais, devrions faire, c’est nous assurer que les réalisations du pays, que ce soit dans le domaine de l’unité des Rwandais ou dans le développement général du peuple, ne sont pas détruits par les vents ou les rumeurs.

Le génocide a été un fardeau pour le pays, les parents, les familles et nous-mêmes en tant que jeunes.

Donc, comme nous avons la chance d’avoir des gens qui ont suffisamment lutté pour ne pas laisser un fardeau sur les jeunes, il est bon de valoriser le travail qu’ils ont fait pour nous et de leur assurer que nous sommes fermement unis pour continuer le chemin qui nous mène à de meilleures réalisations qu’aujourd’hui.

Telle est l’opinion personnelle de Ange de la Victoire Dusabemungu, rédacteur en chef de TOP AFRICA NEWS

 

268

Leave a Reply

Your email address will not be published.

TOPAFRICANEWS.COM © All rights reserved.