September 28, 2022

TOP AFRICA NEWS

We Digest News to tell the Truth

Enfant de la rue, orphelin, accueilli au Centre de jeunes Don Bosco de Gatenga, Samuel Kwizera, maintenant ambassadeur de la culture africaine partout dans le monde

Par Ange de la Victoire DUSABEMUNGU

Parmi les jeunes qui ont été formés ou qui ont étudié dans les institutions salésiennes, il y en a beaucoup qui ont des talents variés. Parmi ceux-ci, nous pouvons mentionner la danse et l’acrobatie, comme nous voyons dans les « Oratoires » des Centres de jeunes de Don Bosco.

Découvrir et développer les talents chez les jeunes est un pilier important du système pédagogique de Don Bosco. Ainsi, par exemple au Rwanda, lorsque vous rencontrez des acrobates talentueux, ils vous diront souvent : « Nous avons été formés à Gatenga, au Centre des jeunes Don Bosco » . Parmi eux, Samuel Kwizera*, devenu orphelin suite au génocide contre les Tutsis en 1994, et qui a grandi au Foyer d’accueil du Centre de Jeunes Don Bosco de Gatenga. Aujourd’hui, Samuel est une personne bien connue grâce à  ses talents, qu’il a pu développer dans ce contexte éducatif.

Dans une interview, Samuel raconte sa vie difficile après avoir perdu presque toute la famille lors du génocide.

«Je suis l’un des enfants élevés au Centre de jeunes Don Bosco de Gatenga. J’ai trouvé la vie chez  Don Bosco. Quand j’y suis allé, je n’avais  personne pour s’occuper de moi. J’étais vraiment un enfant abandonné. »

 Il poursuit: «Chez Don Bosco, ils m’ont éduqué. Chez  Don Bosco j’ai appris beaucoup de choses qui m’ont permis de devenir ce que je suis aujourd’hui ».

Samuel – un ancien enfant de la rue qui n’a pas eu la chance d’être élevé par ses propres parents – est aujourd’hui un personnage important dans le monde du spectacle. En plus d’apprendre aux jeunes à danser dans divers styles : danses modernes et traditionnelles, danse professionnelle, chorégraphies variées,  il fait partie des personnes dont les performances dans divers festivals sont beaucoup appréciées.

«À Gatenga, j’ai appris plusieurs métiers notamment : la fabrication de cartes artisanales, la menuiserie, la coiffure, etc… J’ai même appris à danser, à jouer au football et à divers autres sports, alors j’ai rejoint diverses troupes traditionnelles et plus tard le Ballet National “Urukerereza” qui m’a donné l’opportunité de participer à divers festivals internationaux. » confie Samuel.

Plus tard, il est parti en Belgique où il continue à cultiver ses talents de danse et il est maintenant un chorégraphe professionnel.

 «En Belgique, j’ai commencé à enseigner la culture rwandaise à des jeunes qui n’avaient pas l’occasion de l’apprendre au Rwanda même et maintenant nous avons des troupes culturelles opérant en Belgique. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait de venir « se réchauffer » avec d’autres jeunes dans les Centres Don Bosco au Rwanda, Samuel a répondu: «Oui, je veux vraiment cela. Pour le moment je suis en Tanzanie, je cherche à commencer à travailler avec les jeunes de Don Bosco ici en Tanzanie ».

«Le message, ou ce que je dirais aux jeunes,  est que Don Bosco est un « père » ; il m’a donné une vie saine ; grâce à ce que j’ai appris au Centre de jeunes  Don Bosco de Gatenga, je suis devenu « un homme ».

L’éducation que nous recevons de Don Bosco et les talents que nous pouvons développer chez Don Bosco sont la fondation de notre vie future, même si nous étions enfants de la rue auparavant. Don Bosco est tout pour nous. »

29    avril 2021

*Son nom était prémonitoire : KWIZERA = ESPÉRANCE en Kinyarwanda

483

Leave a Reply

Your email address will not be published.

TOPAFRICANEWS.COM © All rights reserved.